Jain





Et voici le deuxième album * Souldiers* de la jeune toulousaine Jain ! Oubliez la robe noire et le col claudine, Jain sort le bleu de travail et ça va groover sévère !

La jeune femme est prolifique et rapide dans l’écriture toujours chapotée par l’artiste Yodelice. Et il faut bien l’avouer, perso je n’ai pas été déçue de ce deuxième opus. Si certain(e)s auraient échoué à l’exercice après un tel succés, la jeune artiste nous transporte  toujours dans de nouvelles sonorités sans pour autant trahir l’ADN  de sa musique. De Toulouse, en passant par Abu Dhabi, les Emirats ou Paris, Jain trouve ses principaux ingrédients dans toutes cette richesse d’influences et ses palettes de couleurs. Les voyages forment la jeunesse et elle l’a bien compris !

Dans « Souldiers », on y entend les sonorités africaines notammemt dans le titre « Oh Man » accompagnée de la kora du malien Sidiki Diabaté,fils du légendaire Toumani ou encore sur le titre « Abu Dhabi » Mais il y a aussi des influences occidentales avec l’étonnant  « Inspecta », la reprise du sample du dessin animé des années 80-90 « Inspecteur Gadget » où elle règle ses comptes avec les imposteurs avec un son plus hip-hop qui m’a fait penser à l’artiste flamande Selah Sue. Et bien entendue, le touchant titre « Souldiers » titre éponyme écrit de but en blanc juste après la fussilade dans le Club Le Pulse d’Orlando. Elle y chante l’histoire d’un homme qui se bat pour que chacun est le droit d’aimer qui il veut sans jugement. 

Un album très pop, très frais, très dansant, très migratoire et plus mature avec un des principaux thèmes  de garder »l’espoir » ! L’Espoir  en sa génération et les génération futures malgré tout l’obscurantisme actuel.

Un véritable vent de fraicheur !