SERIE : The OA





Il faut bien l’avouer, après plusieurs perles diffusaient sur le réseau Netflix, la plateforme de téléchargement nous surprend encore ! The OA, n’a pas eue droit au post-marketing des studios ni à la publicité et ni à la campagne de communication qu’ont pu avoir les « Désastreuses Aventures des enfants Baudelaire » , « Get Down » ou l’excellente série « Black Mirror ». La série de Brit Marling et Zai Batmanglij aurait pu passer complètement inaperçu et à la trappe  mais la puissance du scénario et l’aura mystérieux qui plane au-dessus de la production de Brad Pitt aura eu raison des sérivores.

Le pitch est déjà fascinant…

Une jeune femme blonde, déambule pieds nus, évanescente au milieu des voitures sur un pont et sans trop comprendre pourquoi elle se jette dans le vide. Nous apprenons qu’elle se prénomme Prairie et qu’elle a disparue il y a 7ans. Nous la retrouvons dans un hôpital avec ses parents adoptifs. Elle ne les reconnait pas car, avant sa disparition, Prairie était aveugle … et de plus, elle se présente non pas par son prénom mais par the OA.

Le mystère plane déjà en quelques minutes de diffusion… Qui est Prairie ? Ou était-elle durant ces 7 années ? Que veut dire OA ? Pourquoi a-t-elle sauté ?

Dès le premier épisode OA, nous demande « d’ouvrir les yeux et de croire » à son récit. Telle une conteuse, elle nous transporte grâce à son expérience de mort imminente  dans des mondes lointains, que ce soit en Russie, dans  un au-delà onirique ou encore dans un enfer carcéral où elle rencontre un certain Homer (personnage central de sa quête). La construction narrative est justement la force de cette série ! Le concept de scénario labyrinthe ( qui me fascine au plus haut point) nous place  nous spectateurs  dans une forme de quête de vérité pour démêler le vrai du faux.

Mystique, étrange, forte, émouvante et fascinante, cette série ne peut laisser personnes indifférents, en tout cas pour ma part j’ai été conquise et j’attends avec impatience la suite de OA.

Alors, n’ayez point peur et ouvrez les yeux ….