Shoba, itinéraire d’un réfugié





Ce livre nous raconte l’histoire de Shoba, réfugié Sri Lankais (Ancienne colonie Britannique) essayant de fuir son pays après avoir essayé de se battre pour son pays lors d’une guerre opposant Cingalais et Tamouls.

Voici donc un petit aperçu de son récit.

La vie de Shoba commence à devenir beaucoup moins paisible lorsque le gouvernement décide de favoriser une ethnie plutôt qu’une autre : les Tamouls (en infériorité dans le pays). Mais au milieu du XXème siècle les colons britanniques partent. Un esprit de vengeance surgit alors chez les Cingalais. Les tamouls n’ont plus aucun droit et la guerre civil commene. L’enfer également. La rebellions qui n’était qu’au départ qu’estudiantine devint une véritable lutte armée. Shoba, heu … que dis-je Antonythasan ou non… Eswaran rejoint alors les tigres : groupe formé pour lutter contre ce nouveau pouvoir.

Vous allez me dire … quel est vraiment le prénom de notre narrateur … et bien, tous ses prénoms à la fois car chacun d’eux représentent une partie de sa vie.

Durant ce récit, nous le suivons dans sa vie. Elle qui commence si paisible et qui s’envenime quand le gouvernement commence à diviser pour mieux régner, favorisant les uns plutôt que les autres ! Tiens … ça me rappelle certaines tensions que l’on retrouve également dans nos « beaux pays occidentaux … RRhaaaaa, Je vais y arriver à ne plus faire d’allusion … (voir mes autres articles).

Bref … je ne vais pas vous raconter tout le livre car celui-ci ne fait qu’une centaine de pages et je vais vite tout vous raconter à force ! Ce que je peux vous dire, c’est qu’il nous ouvre les yeux sur la vie de ces gens qui fuient la guerre et ne veulent qu’une chose … vivre en paix. Leur vie est beaucoup moins facile que la notre. Je pense que si vous avez une heure ou deux à consacrer pour lire ce récit alors vous ne pourrez qu’en sortir plus sensible a la situation des « étrangers ». Sans doute, nous occidentaux si parfaits ne dirons plus : ces étrangers viennent dans notre pays pour profiter du système et vivre sur notre dos.

A lire et à méditer.